Rechercher dans ce blog

samedi 25 mai 2013

Groundscape : 48 pas autour du block




Groundscape : 48 pas autour du block (48 passos em volta do quarteirão)
Auteur : Jean-Bruno Morissette
Lieu : São Paulo, SP, Brasil
Année : 2012

Description à venir...





samedi 24 novembre 2012

Tisse Métis Égal par Plux.5

© Alexandre Guilbeault


Tisse Métis Égal - Métis-sur-Montréal 
Auteurs : PLUX.5 - Olivier Bourgeois, Étienne Bernier, Marianne Charbonneau, Jean-Bruno Morissette, Jean-Philippe Saucier
Clients : Château Ramezay - Musée et site historique de Montréal, Jardin de Métis
Partenaires : Unisson Structure, Jean-Coutu, LumiGroup, Soprema, Alumilex, Heenan Blaikie, coarchitecture, Hatem+D, PNH Solutions. 
Type : Architecture, Installation
Lieu : Montréal, QC, Canada
Année : 2012 
Statut : Construit
Photos : Alexandre Guilbeault

Dans le cadre de l’évènement Métis-sur-Montréal présenté pour une quatrième année consécutive, le Château Ramezay et les Jardins de Métis présentent l’installation Tisse Métis Égal réalisée par le collectif PLUX.5. L’imposante structure architecturale, déposée sur le socle gazonné de la place De La Dauversière, propose une surprenante relecture du paysage urbain de la métropole. Un regard inédit sur le Vieux-Montréal!

Érigée au cœur du quartier historique, cette installation contemporaine agit tel un filtre coloré éclatant qui métamorphose notre perception des lieux. Ses parois perforées, parsemées d’un motif triangulaire emprunté au tissage traditionnel, notamment à l’ornementation de la ceinture fléchée, tracent un saisissant parallèle avec le passé québécois. À l’intérieur, le visiteur assiste à un jeu d’ombre et de lumière qui modifie sa compréhension de l’œuvre et des éléments qui l’entourent. Tisse Métis Égal est un hommage à l’histoire québécoise, une interprétation contemporaine de ses traditions, de son folklore.

L’installation a été créée afin de commémorer le 50e anniversaire de l’ouverture au public des Jardins de Métis et le 150e anniversaire de la création de la Société d’archéologie et de numismatique de Montréal, fondatrice du Château Ramezay – Musée et site historique de Montréal.

Tisse Métis Égal a été présenté gratuitement sur la place De La Dauversière à Montréal de juillet à octobre 2012

Pour plus d'images visitez le site de PLUX.5

samedi 11 février 2012

Topographical Path


Projet : Topographical Path 
Auteurs : Jean-Bruno Morissette, Ana Carolina Penna, Gabriela Smania, Gustavo Ziviani
Collaborateurs : -
Supervision : Álvaro Puntoni, Fernando Viégas, Mark Sexton
Type : Architecture, Design urbain
Lieu : Chicago, USA
Année : 2011
Client : -
Statut : Recherche

images et description à venir...

 









mardi 18 octobre 2011

DJIBÉ : Pós-gradução na Escola da Cidade


Arrivé à São Paulo depuis tout près d`un mois, j`effectue présentement un cours de post-graduation à l`Escola da Cidade (Géographie, Ville et Architecture). L`objectif de ce cours est de poser un regard sur le territoire des Amériques et de discuter les enjeux, à différentes échelles, qui influenceront l`avenir des villes. 4 pays seront étudiés plus activement (USA, Pérou, Canada et Cuba).

Le premier module s`attarde actuellement à l`étude de la ville de Chicago, du point de vue des enjeux de société, urbains et architecturaux. Plusieurs invités sont attendus dont Kevin Harrington (professeur, IIT) et Jeanne Gang (architecte, Studio Gang). Un projet sera réalisé à la fin du présent module.

La direction du cours est assurée par Álvaro Puntoni (grupoSP) et Fernando Viégas (UNA Arquitetos)

lundi 3 octobre 2011

La friche autoroutière (mémoire présentement disponible)



Réalisé entre 2008 et 2011 à l'École d'architecture de l'Université Laval (Québec, Canada), le mémoire de recherche La friche autoroutière : une lecture morphologique et sensible d'un paysage intermédiaire est présentement disponible en version électronique à l'adresse suivante : http://theses.ulaval.ca/archimede/meta/28162




Résumé :

Cette recherche s’intéresse aux mutations spatiales et paysagères engendrées par l’édification des systèmes autoroutiers. Elle s’attarde plus spécifiquement à l’étude des espaces délaissés qui émergent progressivement à partir de l’édification de ceux-ci, des friches qui forment l’interface du réseau d’autoroutes, des paysages intermédiaires qui sont côtoyés au quotidien, mais qui sont vraisemblablement évacués des représentations accordées à l’infrastructure, des environnements à priori techniques qui nécessitent d’être explorés dans toute leur complexité afin d’amorcer leur compréhension et une réflexion quant à leur devenir.

Dans ce sens, l’étude tente de formuler le dessin des friches autoroutières en tant que paysage intermédiaire de l’urbain, de faire basculer l’image à priori technique de ces délaissés vers celle qui serait plus sensible. Elle cherche ainsi à mettre en évidence les logiques techniques qui se sous-tendent leur émergence et à observer leurs qualités morphologiques qui s’associent à la géométrie des composantes autoroutières (parcours, nœuds, points d’accès) et au rapport de celles-ci avec les tissus urbaines limitrophes. Elle se penche également à l’examen des dynamiques ; à la fois naturelles, humaines et sensorielles, qui définissent le caractère insoupçonné de ces paysages.

D’un point de vue méthodologique, cette recherche met de l’avant un processus de lecture des friches autoroutières basé sur les approches typo-morphologique et sensible. D’un côté, l’approche typo-morphologique est employée à l’examen de leurs structures formelles, en regard aux friches qui s’organisent dans la continuité du réseau autoroutier de l’agglomération urbaine de Québec et plus spécifiquement dans le maillage et à la limite des composantes de l’autoroute Félix-Leclerc. De l’autre, par la lecture in situ des friches de l’échangeur Félix-Leclerc / Henri-IV, l’approche sensible cherche à révéler la stratification des dynamiques qui définissent ces paysages d’exception.

Cette recherche souligne que le réseau autoroutier anime l’émergence de friches, que celles-ci soient directement liées la configuration de ses composantes ou bien à l’interaction de celles-ci avec les tissus qui les bordent, s’organisant ainsi de manière interne ou externe à l’infrastructure. Contextuellement, les friches autoroutières tendent à se développer à l’échelle générale du système d’autoroutes, mais plus particulièrement dans les milieux périurbains, là où les composantes du réseau sont édifiées de manière étendue sur le territoire.

Aussi, ces délaissés comportent une structure formelle qui s’associent à la configuration spécifique des composantes autoroutières, mais également aux multiples rapports qui se profilent entre l’infrastructure et ses tissus contigus. Ce sont pareillement des formes concrètes qui tendent à se déformer par rapport à celles issues des logiques théoriques de conception, des étendues également impressionnantes à l’échelle de l’autoroute et du territoire.

En regard à leur paysage, les friches autoroutières se définissent selon une structure paysagère de base liée à l’usage antérieur du sol et l’édification de l’infrastructure. Une structure qui se pose à l’origine des reprises subséquentes de la nature et la formation de milieux humides, organisant ainsi des milieux particulièrement diversifiés. On remarque également que ces environnements oubliés sont convoités par les citoyens. Des brèches s’expriment sur leurs limites et rendent les friches accessibles, tandis que leurs surfaces sont façonnées par des interventions humaines à l’image de parcours et de lieux informels. L’intensification de nos perceptions est aussi attribuable à la pratique de ces paysages complexes, autant celles qui se rattachent au procédé du cheminement que celles liées aux qualités sensibles de l’environnement.

Les friches autoroutières ne sont donc pas strictement des espaces techniques de l’autoroute, mais bien des environnements et des paysages sensibles à l’échelle de l’urbain. Selon leurs qualités physiques, paysagères et sensorielles, mais aussi d’après l’ensemble de leurs potentiels, elles se présentent aujourd’hui comme des milieux à ré-inventer, à animer par de nouveaux aménagements ou de nouvelles formes d’occupation. Un paysage intermédiaire d’intérêt qui mérite de participer à la vie urbaine, à nos pratiques quotidiennes. Une forme nouvelle d’urbanité qui est en devenir, actuellement en attente des décisions et des concepts qui l’animeront.



dimanche 4 septembre 2011

L'expo MA COUR DANS TA COUR par PLUX.5


Du 6 au 30 septembre, vous êtes invités à visiter l’exposition MA COUR DANS TA COUR par PLUX.5 à l'École d'architecture de l'Université Laval (Québec, Canada).

Sous forme de photos, vidéo et d’une installation inédite, vivez l’expérience du projet MA COUR DANS TA COUR réalisé par les membres du collectif d’architecture PLUX.5 lors du Festival des Architectures Vives (FAV) qui s’est déroulé du 15 au 19 juin dernier dans la ville de Montpellier en France.

Le vernissage de l’exposition, ouvert à tous les curieux, se tiendra le jeudi 15 septembre prochain à compter de 17h.